Association
Joomla Slide Menu by DART Creations
Activités
Joomla Slide Menu by DART Creations
Abbaye
Joomla Slide Menu by DART Creations
Accueil Conférences Le roi et le jardinier

Le roi et le jardinier

LE ROI ET LE JARDINIER


Arnaud de FayetMonsieur Arnaud de Fayet

Arnaud de Fayet vit dans le gers à Marsolan. Sa carrière professionnelle s'est déroulée dans las domaines industirels et de conseil, en France et à l'étranger. Son goût des arts et lettres, qu'il partage avec son épouse, l'a conduit à adhérer à notre association.

Lors de notre conférence du 11 octobre 2008 , il a exposé, avec une grande amabilité, le thème de son livre "le Jardin de Cinq Plaisirs"






Peut on imaginer une plus belle amitié que celle qui a lié Louis XIV et André Le Nôtre pendant prés de quarante ans, un roi et son jardinier?

Cette sympathie réciproque a pris sa source dans les jardins des Tuileries pour se développer à Versailles. Le plaisir engendré à le vue des fleurs devint bientôt un outil politique et diplomatique destiné à exalter le puissance et le raffinement de Roi Soleil; le jeune roi ne connaissait pas grand-chose à l'art des jardins et n'était jamais intervenu pour modifier l'ordonnancement de ceux au milieu desquels il vivait.

Voici qu'un jardinier lui parlait d'un art nouveau qui utilisait la perspective, l'architecture, les couleurs, la sculpture, et cette manière de faire lui plut par sa nouveauté, et la surprise qu'elle provoqua. Elle plaisait beaucoup aux femmes qui retrouvaient dans les dessins des parterres les mêmes broderies que sur leurs robes ; le roi pouvait s'enorgueillir d'avoir les plus beaux jardins du monde et demandait sans cesse à Le Nôtre des nouveautés. Ainsi se développa leur relation qui d'amitié devint une complicité.

Le roi ne pouvait plus se passer d'André Le Nôtre. Versailles devint une vitrine qu'on présentait aux souverains étrangers et Louis XIV conscient de la beauté de ses jardins ne put supporter qu'on les visitât dans le désordre ; il s'appliqua à écrire un traité sur la meilleure manière de visiter ses jardins pour en retirer le plus de plaisir : l'heure à laquelle il fallait entreprendre la démarche générale, les heures où se trouver devant tel massif, le sens de la visite ; cela fit rire Le Nôtre.

Le roi avait une telle confiance dans son serviteur qu'il l'interrogeait sur d'autres sujets que les jardins. Quand Mansart Jardins de Versaillesconstruisit les deux escaliers de l'Orangerie, les Cent Marches, Louis XIV qui sentait que les proportions n'étaient pas tout à fait les bonnes interrogea Le Nôtre. Celui-ci proposa l'élargissement des marches et surtout de couper leur pente par des "repos" ou "paliers" ; le roi donna raison au jardinier sans que l'architecte ne s'en formalise.





Une fois, le souverain invitale paysagiste à assister au siège de Cambrai pensant qu'il serait bon que celui-ci s'inspire de l'architecture militaire pour dessiner ses jardins ; le jour de la reddition de la place, le roi décida de faire défiler tous les défenseurs devant lui. A cheval, à droite du monarque, se trouvait Le Nôtre.

Pour le récompenser de l'avoir si bien servi, le roi va l'anoblir et lui remettre la décoration de l'Ordre de Saint Michel, l'équivalent probablement de notre mérite National, mais pour souligner sa faveur, il l'autorise à porter la décoration avec un ruban bleu au lieu de noir habituel.

L'un et l'autre adoraient la pêche et ils se donnaient rendez-vous au lac des Saisons,descendaient les Cent Marches de l'Orangerie, escortés de quelques Suisses portant les cannes à pêche et les appâts,sans doute aussi quelques sandwiches et une bouteille de vin. Ce devait être suffisamment réjouissant pour que la petite troupe augmente de tous les badauds qui se promenaient dans le parc heureux de pouvoir cotoyer leur monarque et de constater qu'ils partageaient le même divertissement.

Un jour, au cours d'une visite, Louis XIV propose à son jardinier de faire un voyage en Italie. Celui-ci est un peu réticent - il a soixante six ans -c'est loin, c'est fatigant, mais il est difficile de refuser une telle offre au roi ! Il part donc pour l'Italie avec trois missions : visiter les jardins italiens et la campagne romaine, inspecter le jeune académie de France, donner son avis sur la statue que le Bernin sculpte depuis quinze ans, et, s'il est favorable, de la faire expédier en France

Le Nôtre est enchanté de son voyage mais trouve que les jardins italiens ne valent pas les jardins français ; puis il rencontre le Pape, passe un moment à rire avec lui et le quitte en l'embrassant en guise d'adieu. Il raconte l'anecdote à Bomtemps, avec qui il correspond régulièrement, celui-ci la rapporte au roi devant le duc de Créqui, lequel parie avec ce dernier que ce n'est pas vrai ; le roi réplique aussitôt : "Ne pariez pas ! Quand je rentre de campagne, il m'embrasse toujours".

Bien sûr, Le Nôtre ne fait pas partie de l'intimité du roi mais ces gestes sont pour lui l'expression spontanée et naturelle de ses sentiments. Comme, par exemple, de faire parvenir au roi une partie de sa collection de tableaux parmi les quels des toiles de l'Albane, de Poussin, de Claude Gelée, de Vouet et de bien d'autres - aujourd'hui au Louvre ou dans les musées de province - pour remarcier le souverain de toutes les bontés qu'il reçut.

Pour terminer ce reportage, regardons un instant ce couple terminer sa vie ensemble ; le roi a invité le jardinier à visite Marly, mais, il a une crise de goutte qui l'oblige à s'assoir dans une petite voiture "une roulette" que pousse un Suisse. Le Nôtre est lui aussi fatigué, il a quatre-vingt sept ans ! alors le roi a commandé une autre "roulette" pour son fidèle serviteur ; trois jours plus tard, mourra Le Nôtre.

Arnaud de Fayet

de Fayet vit dans le gers

Calendrier
Octobre 2017
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Qui est en ligne ?
Nous avons 52 invités en ligne
Meteo